l or

L'appel de Cthulhu de Lovecratf [ Avis lecture ]

  • Le 27/12/2020
  • 0 commentaire

Lecture #8 - Epouvante et fantastique | L'Appel de Cthulhu (titre original : The Call of Cthulhu) est une nouvelle fantastique de l'écrivain américain Howard Phillips Lovecraft, publiée en février 1928 dans le magazine Weird Tales. Lovecraft écrit et achève cette nouvelle dès 1926. C'est l’œuvre fondatrice du Mythe de Cthulhu, un univers de fiction partagé par de nombreux auteurs dans les domaines de la littérature, du jeu de rôle, ou encore de la bande dessinée.

 

SYNOPSIS

Boston, 1926. Suite au décès, dans des circonstances étranges, de son grand-oncle, Francis Thurston découvre dans les documents dont il hérite l'existence d'une secte vouant un culte à une créature innommable, endormie depuis des millions d'années.

Sacrifices indicibles pratiqués dans les bayous de Louisiane, meurtres mystérieux perpétrés dans divers endroits du globe, artistes sombrant dans la démence après des visions nocturnes terrifiantes, renaissance de cultes ancestraux et surtout, une cité cyclopéenne surgissant de l'océan lors d'une tempête... Thurston va comprendre peu à peu que les recherches de son grand-oncle concernant le culte de Cthulhu étaient bien trop proches de la vérité et que, dans l'ombre, des adeptes œuvrent au réveil de leur dieu païen, prêts à faire déferler la folie et la destruction sur le monde.

Les astres sont alignés. La fin est-elle proche ?

 

Appel de cthulhu

Le fond

J’ai tout simplement adoré cette nouvelle horrifique très particulière selon moi. Pourquoi particulière ? Parce que l’épouvante s’empare peu à peu du narrateur au fil de ses recherches, sans pourtant vivre, subir, ces événements qui l’effraient tant. Et nous, lecteurs, lectrices, nous l’accompagnons et pouvons aisément le suivre dans la stupeur si nous choisissons de croire que son histoire est un avertissement bien réel.

 

Personnage aussi rationnel que cultivé, très concerné par le décès de son grand oncle dont il suspecte une mort non accidentelle, Francis T prendra le temps d’admettre la véracité de ce qu’il découvre. On commence par l’agacement un peu moqueur, le doute légèrement nappé par le déni, la douloureuse acceptation et pour finir… l’envie de tout oublier ; de ne rien divulguer en continuant de plonger le monde dans l’ignorance.

 

En effet, peu à peu, chaque témoignages, qu’ils soient sous forme d’interview, d’articles de presse, de journal intime ou journal de bord, bien qu’à des kilomètres d’éloignements, se rejoignent, s’entremêlent pour former à la fin le message que tous redoutent : la fin de l’humanité… préparée par une secte immortelle et une créature enfouie dans les abysses de la Terre depuis des millions d’années.

L'écriture

L’écriture est très développée, très soutenue. Les phrases sont longues, et le vocabulaire est recherchée. Les jeunes lecteurs ou ceux qui ne sont pas très habitués comme moi peuvent être amené à relire plusieurs fois une même phrase, ou rechercher un mot dans le dico mais je trouve ça génial ! C’est parfait pour enrichir son lexique.

 

Il est vrai que les descriptions sont longues, précises, mais contrairement à certaines rencontrées dans les œuvres de Stephen King qui m’ont souvent amenée à lire une page en diagonale (SHAME ON ME !!!) j’ai pris vraiment plaisir à les lire ! Je trouve même que chaque mot est important si l’on souhaite s’immerger complètement dans l’ambiance des rituels macabres, des scènes de combats sur la mer ; si l’on souhaite visualiser chaque sculpture ou créature terrifiante ! Elles auraient pu prendre trois pages de plus que cela ne m’aurait nullement dérangée… j’étais dedans !

 

Chose intéressante : j’ignore s’il s’agit d’une coquille mais il y a un mot, dans ce livre, écrit avec trois « s » au lieu de deux. Il s’agit du mot « puisssance » et le sens de ce mot m’invite à me demander s’il s’agit d’une erreur volontaire… ou pas.

 

Bref, un livre que je recommande sans hésitation !

horreur chronique fantastique enquête lovecraft

Ajouter un commentaire