La fierté, une source de honte ?

  • Le 02/12/2020
  • 0 commentaire

Au cours de ma vie, j’ai connu des êtres humains baignant dans de très fâcheuses situations simplement à cause de leur fierté. Ce n’est pas un jugement mais un simple constat des faits, et je suis reste également concernée.

 

Cet article m’est venu en écrivant une nouvelle centrée sur un homme au bord du suicide. Un homme dont la vie fut détruite par sa fierté démesurée qu’il n’a pas su maîtriser. Mais grâce à un enfant qu’il rencontrera avant de passer à l’acte, il réalisera que cette pseudo-fierté ne lui était d’aucune utilité et qu’il n’est jamais trop tard pour changer.

Il y a la fierté qui génère de la joie et conduit au bonheur.

Puis il y a celle qui génère de la honte et conduit à la dépression.

 

En effet, on peut parfaitement éprouver de la fierté à la suite d'un projet accompli à condition qu'elle ne se transforme pas en honte lorsque ce projet devient un échec ! Rappelez-vous que chaque erreur est une nouvelle occasion d'apprendre.

La fierté reste un sentiment. Et comme tout sentiment qui nous traverse, il faut dans un premier temps le conscientiser, ensuite l’appréhender. J’en ai vaguement parlé dans l’un de mes précédents posts sur les émotions que vous pouvez retrouver ici. En général, la fierté n’est pas un sentiment difficile à conscientiser. L’individu concerné le ressent et son entourage également. Ce qui est plus compliqué en revanche, c’est de prendre du recul sur ce dernier.

On la clame, on la cache, on la redoute, on la maîtrise, on s’en moque… Bref, les manières de réagir face à ce sentiment sont légion.


 

La fierté : force ou faiblesse ?

Dans ce post, je tenais à poser la question. Mais en réalité, la réponse ne dépend que de la manière dont elle est perçue. Je l’ai déjà dit et je le répète : une arme peut faire votre force, ou bien votre faiblesse. Tout dépend comment vous la maîtrisez. Eh bien, je pense que les sentiments fonctionnent de la même façon.


Aujourd’hui, je compte donc évoquer les situations dans lesquelles on ne maîtrise pas notre fierté. Un peu comme si ce sentiment se retournait contre nous jusqu’à gâcher notre vie, nos relations, tout !

Celle que j’ai le plus rencontrée est ce qu’on appellerait la fierté d’homme. Je n’invente pas vraiment le concept, c’est eux-mêmes qui le clamaient de la sorte.

« Oui, j’ai ma fierté d’homme tout de même ! Alors hors de question de… »

Mais il en existe bien d’autres :

« Non, je refuse d’admettre mes torts ! J’ai une fierté à honorer ! »

« Il n’est pas question de demander de l’aide ! Je tiens à ma fierté ! »

On compte ce genre d’exemples par millier mais en réalité, il en existe une infinité !

Mais à quoi sert-elle cette fierté si ce n’est ressentir de la honte lorsqu’on a l’impression de l’abandonner ? Certains sont prêts à refuser un bénéfice nécessaire en son nom, prêts à détruire une relation en son nom, prêt à se mettre en danger en son nom...

 

 Attention ! L'honneur et la fierté ne sont pas des synonymes ! L'un est lié à la dignité morale tandis que l'autre est un état d'esprit malléable. 

 

Mais depuis quand mettre cette fierté de côté doit être considéré comme une faiblesse ou une honte ? Et si au contraire, renverser cette pseudo-fierté se révélait être une preuve de force et de courage ?

Cela demande une remise en question profonde que les plus fragiles peineront à accomplir. Il faut de la force ! Une force mentale mais également une grande sagesse !

J’ai mis du temps à le comprendre. J’ai mis du temps à faire le tri entre ce qui valait la peine et ce qui n’en valait pas. Bien souvent, mettre sa fierté de côté pour obtenir un bénéfice nécessaire est douloureux, cela fait mal. Il serait alors intéressant de comprendre d’où vient cette douleur.


Quelle est la véritable cause de cette souffrance ?


Parfois, elle est tellement cachée au fond de notre être que l’on ne la soupçonne pas. Mais une fois découverte, cela nous permet de savoir si cette cause est légitime ou pas. Si vous avez de la chance, alors soyez heureux de découvrir que sa seule fonction est de vous faire peur.

Peur et rien d’autre !

Alors lorsqu'on ressent un malêtre lié à notre fierté, demandons-nous avant tout si ce malêtre a une réelle valeur... Parfois la valeur est présente, parfois elle ne l'est pas.

Serions-nous si malheureux d'accorder un peu d'aide ou d'en réclamer ? Serait-ce si honteux pour un homme d'accepter qu'une femme ait raison ? Certes, je pars dans les extrêmes mais ce ne sont que des exemples parmi une infinité par lesquels nous sommes forcément passés. Nous avons tous une fois agi en fonction de notre fierté de façon qu'on jugera idiote, regrettable. Et parfois, nous avons agi en fonction d'elle de manière tout à fait intelligente et sans regrets !

L'important est donc de s'interroger sur sa légitimité.

***

SELON MOI, CHAQUE ACTION DOIT POUVOIR GÉNÉRER DU BONHEUR CHEZ SOI COMME CHEZ L'AUTRE.

METTONS LE DOIGT SUR NOS SOUFFRANCES ET NOS PEURS.

C'EST A NOUS DE DÉCIDER SI ELLES ONT UNE RÉELLE VALEUR.

fierté développement personnel souffrance

Ajouter un commentaire