Myriam chapeau

A PROPOS

Eh bien, vous savez déjà que je me prénomme Myriam Lorenz. Enseignante âgée d'une trentaine d'années, je suis maman d'une adorable petite fille qui d'ailleurs porte le nom d'une de mes héroïnes.

Mais laquelle ? Dans quelle histoire ? Telle est la question...

 
 

Interview 2

 

 

D'où je viens ? 

?Originaire de Madagascar, j'ai été adoptée puis amenée en France où j'ai vécu une grande partie de mon enfance à Nancy, ville qui a inspiré le roman " Tu te souviendras " et dont la première version a été écrite durant mes années de collège. Il sera officiellement publié au premier trimestre de l'année 2021 par une nouvelle maison d'édition spécialisée dans les romans et nouvelles d'horreur, paranormal et fantastique : Les éditions Octoquill.

Par la suite, j'ai beaucoup slalomé entre la région Centre et la Lorraine. Aujourd'hui, je vis à Tours.

 

 
 

Quelle est ma ligne éditoriale ?

Il est vrai que j'ai un penchant pour la science-fiction et les romans d'action ! Cependant, depuis quelque temps, j'ai quitté ma zone de confort pour me risquer dans d'autres catégories tels que la fanfiction plus ou moins romancée, le thriller, la nouvelle, ainsi que l'essai incluant parfois des témoignages spirituels.

 
 
Myriamlorenz

?

Tous mes romans mêlent la violence et la haine à l'Amour et au Pardon.Sûrement que je ne peux m'empêcher de désirer une évolution lumineuse même dans les histoires les plus sombres...

 
 

 

Pourquoi l'écriture ? 

Ecrire, pour ma part, a toujours été le meilleur moyen de m'exprimer, mais également de m'échapper. Rien de bien original, nous sommes nombreux dans ce cas là, n'est-ce pas ? Depuis l'âge de sept ans environ, j'ai rédigé mes premières histoires et chansons. Certes, elles étaient parfois sans queue ni tête, mais cela me plaisait d'inventer encore et toujours plus de textes, avec ou sans rime, avec ou sans vers. Ah oui ! J'écrivais égalemement des bandes dessinées centrées sur un petit fantôme très inspiré de Casper !

 

Et puis...

 

Ensuite, mes écrits ont changé de teinte, car mon esprit s'est assombri. J'écrivais essentiellement pour exprimer mon mal-être, ma façon de penser, etc. Les histoires que j'inventais rentraient dans le genre horreur/paranormal et se voulaient d'une violence sanglante. A cette époque, je n'avais qu'une dizaine d'années et cela a duré... très longtemps... des années... jusqu'à mes 25 ans, environ.

Enfin, à partir de cet âge il me semble, mes histoires ont pris une autre tournure. Une dimension plus positive, lumineuse, chassant le désespoir. J'ai réécrit mon roman d'horreur qui datait de 2003 et ai modifié la fin ; car je souhaitais qu'elle corresponde davantage à la personne que j'étais devenue, tout en conservant toutefois le scénario de base, car il est important pour moi de ne pas renier le passé. Et accesoirement, cela devait rester un roman d'horreur ! 

Précisons-le aussi, j'écris avant tout pour moi. C'est aussi pour cette raison qu'il est difficile de cibler un lectorat pour nombre de mes livres car je tape parfois dans tous les genres, mais telles sont mes histoires. Je ne fais pas dans le commercial et cela me permet de ressentir une authentique connexion avec les lecteurs conquis.

 
 

Est-ce le cas pour tous mes livres ? 

Non, il y a des histoires que j'écris également pour les lecteurs. Je souhaite m'exercer à travailler sur le fond, sur le suspens, sur la beauté de l'écriture etc. Les romans que j'écris pour moi-même n'auront pas bénéficié des mêmes efforts. Ils ont été plus faciles à rédiger d'un point de vue forme et fond. Cependant Quel est ton secret ? et Lalie sont des romans en cours d'écriture que je peine à paufiner car je désire vraiment aboutir à quelque chose de bien, qui accroche, qui fasse frisonner pour l'un, et rêver pour l'autre, etc.