La confession du forain

 

 

 

 

Il amorce :

- Bon, écoutez, j'ignore comment vous êtes arrivé jusqu'ici en vie, mais...

- Pardon ? le coupé-je outré. Comment ça, en vie ?

Le forain se rapproche, ses chuchottements se renforcent. J'ai de plus en plus de mal à entendre ses paroles.

- Mais enfin, vous n'avez pas la moindre idée d'où vous venez de mettre les pieds ? s'étonne-t-il.

Franchement, je n'aime pas les devinettes. Alors je lui demande d'aller droit au but.

- Vous êtes en enfer, mon pauvre. Cette fête foraine a été placée sur un centre énergétique propice aux forces du mal, aux démons. Et... de toute évidence, ils vous ont repéré. Je le sens.

Je déglutie. Je dois me reprendre. Les démons, j'y crois pas. Je ne crois pas en l'enfer, ni au paradis. Ni à quoi que ce soit en fait. Ah si, si ! Je crois en moi. Et en mes compétences de tir. C'est très bien comme ça.

- Désolé, mais vous faites erreur.

- Non, non. C'est la pure vérité. Mon pauvre gars, vous n'auriez jamais du les provoquer en pénétrant dans cette foire.

Cette fois, je m'emporte. En tentant toutefois de rester discrêt. Que ce mec divague ou non, je sens clairement qu'il y a danger autour de moi.

- Mais je n'ai souhaité provoquer personne, moi ! Je suis venu ici comme tout le monde. Alors pourquoi ce serait moi, le mal venu ?

- Par Satan, vous n’avez toujours pas compris qui vous êtes ?

- Par qui ? Mais si, je suis Louis, je suis étu…

- Vous êtes tellement plus que cela.

- Et c’est reparti !

- Jeune homme, vous êtes Cupidon. Tout du moins son incarnation. Vous êtes l’incarnation d’un ange, d’un être céleste ! Vous avez le pouvoir de nuire au plan des forces du mal, comprenez-vous cela ? Ces deux adolescents devaient mourir. Maintenant que j’ai pris connaissance des circonstances plus que troublantes, j'en suis persuadé. Or, vous vous êtes interposé. Personne n’aurait dû, personne n'aurait pu. Mais vous l'avez fait.

Je ne dis rien. Je l’écoute, complètement penaud. Complètement paumé.

- Jeune homme, vous ne devriez pas être ici. Vous êtes en territoire ennemi. Je ne suis pas comme les autres forains. Ayez confiance en moi. La preuve, je n'ai pas encore cherché à vous tuer. Partez vite de cette fête foraine. Et prenez le jeune couple avec vous. Car si vous les laissez ici, croyez-moi, ils seront mort dans le quart d’heure qui suit !

Mes yeux s’écarquillent. Encore un qui prédit leur mort. Quoi qu’il en soit, je dois bien admettre que quelque chose cloche dans ce parc d’attraction, notamment aux niveau des forains. Et ce qui est certain, c’est que sans mon intervention, ces deux adolescents se vidaient de leur sang.

- Très bien, je les prends avec moi. On se barre d’ici.

- Bonne chance, garçon. Car désormais, sortir de cet endroit en vie avec vos nouveaux amis ne sera pas une partie de plaisir.

 

Votre véritable histoire... commence maintenant !

Jouer