Je discute avec la vieille dame

 

 

 

Il est bon de prendre cinq minutes de son temps pour discuter avec les personnes seules. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai révé qu'un élève vienne m'adresser la parole, s'assoir à ma table, lorsque je déjeunais seul à la cantine. Avant que je finisse par me constituer un petit groupe d'amis, je me souviens parfaitement avoir souffert de ce sentiment de solitude. Un peu comme être une île au beau milieu d'un immense lac... un morceau de terre... isolé de tout le reste. Oui, c'était un peu ça, au refectoire... et c'est un peu ça, pour cette mamie.

J'engage la conversation, et on parle un peu de tout et de rien. Enfin, au moment où je choisis de rattraper le couple d'adolescents, elle saisit ma main et me dit :

- Vous n'avez aucune idée de qui vous êtes, n'est-ce pas ?

- Euh... comme ça ? Je vous l'ai dit, je m'apppelle Louis, je suis étudiant en...

- Vous êtes tellement plus, mon bon ami. Vous êtes si lumineux. La preuve, vous venez d'illuminer ma sombre journée, merci infiniment.

- J'en suis très heureux, souris-je en cherchant à me libérer.

La grand mère finit par lâcher ma main.

- Faites attention autour de vous, jeune homme, m'avertit-elle avec gravité. Tout le monde n'aime pas la lumière, ici. Prenez garde.

Je hoche la tête, un peu surpris. Mais oui, je ferai attention. Car plus le temps passe ici, plus mon instinct me hurle de quitter cette fête foraine.

Jouer